Éducation Éducation Apprentissages

Chien

Le dressage du chien

 

Dresser son chien, cela paraît a priori une tâche compliquée.

Pourtant, bien éduquer son chien n’est pas si difficile, même si vous êtes novice en la matière.

 

 

Chien

L'imprégnation

 

Le chien apprend comment se comporter par le biais de processus d’apprentissage, qui débutent dans les premiers jours de vie et se consolident dans les mois et les années qui suivent. Il apprend même si on ne lui enseigne rien.

 

Iil répète une attitude parce qu’il a reçu une gratification à laquelle il l’associe.

 

C’est pourquoi de nombreux comportements indésirables ne sont que le résultat d’enseignements erronés du maître. L’apprentissage est progressif. Le chien apprend par ses erreurs. Au début, il cherche à accomplir l’action désirée par son maître en se trompant souvent, mais avec le temps il adoptera plus fréquemment le comportement correct et réussira finalement à exécuter systématiquement et exactement l’ordre donné.

 

Le terme imprégnation évoque l’idée d’une fixation indélébile dans la conscience de l’animal.

 

Chien

L'habitude

 

Le chien apprend par habitude lorsqu’il est soumis à un stimulus de façon répétée et ininterrompue, sans subir de conséquences dommageables ou douloureuses.

 

Les chiens de chasse, par exemple, ne craignent pas les détonations. Depuis leur plus jeune âge, ils ont été dressés à les entendre. Cependant, ils peuvent avoir peur du tonnerre car le bruit est différent et l’habitude d’un stimulus déterminé ne signifie pas que le chien n’en craint pas des similaires.

 

Le mécanisme de l’habitude en matière de bruit :

  • Le chien entend une détonation (stimulus) = il est effrayé et fuit (réponse)
  • Le chien entend à nouveau une détonation = il ne fuit pas et se réfugie derrière les jambes de son maître
  • Lle chien entend une détonation = il ne fuit pas et reste tranquille (habitude).

Pour que le chien s’habitue à un stimulus, il est nécessaire que :

 

  • Lle stimulus inconnu soit de faible intensité lors du premier contact
  • Le chien puisse se soustraire à ce stimulus qu’il ne connaît pas
  • Lle contact avec le stimulus se répète avec une certaine régularité.

Pour lui, l’habitude assume une fonction précise : elle permet de ne pas vivre dans un état d’anxiété permanente.

Il est plus facile d’habituer à des situations nouvelles un chiot plutôt qu’un adulte. C’est pourquoi il est conseillé de le soumettre dès les premiers mois à des expériences diverses : voyager en voiture, marcher dans la circulation, entendre le tonnerre (s’il vit dans une zone d’orages fréquents), les détonations, les feux d’artifice, les bruits des appareils électroménagers et autres.

 

Il s’agit d’un processus d’apprentissage qui doit être constamment renforcé car, au fil du temps, il peut se déshabituer aux stimuli qui ne sont pas répétés. On éduque plus facilement un chiot qu’un adulte et c’est la raison pour laquelle les cas d’animaux matures qui ont peur du tonnerre, des détonations et des voyages en voiture sont assez fréquents.

 

Chien

Le jeu

 

Le jeu est une activité apparemment dénuée d’objectif, mais elle sert en réalité à socialiser, à apprendre des comportements déterminés et à libérer la tension. En ce sens, les jouets pour chien ont toute leur importance.

 

On l’observe le plus fréquemment chez les chiots. Cependant, même les adultes ont des attitudes ludiques, qui ont pour fonction (outre celles déjà mentionnées) d’inhiber l’agressivité car elles miment des postures infantiles. Avant de commencer un jeu, le chien invite son congénère ou l’homme par des attitudes particulières et ritualisées, appelées « postures d’invitation au jeu » : elles constituent des appels précis ; on les observe chez le chiot et on les retrouve chez l’adulte.

 

Le jeu sert également d’activité physique au chien et facilite l’entente, aussi bien avec ses semblables qu’avec son maître. C’est un excellent remède pour la psyché : il est utilisé dans la thérapie comportementale pour traiter les phobies et la dépression (car il permet à l’animal de se détendre et de se distraire), mais également les problèmes de socialisation car il aide à améliorer les relations.

 

Il faut faire attention aux jeux de dominance tels que le mordant au chiffon ou au bâton.

Si le chien s’excite trop, il est conseillé de les interrompre car ces jeux perdent alors leur aspect ludique pour endosser celui d’une véritable compétition aux conséquences déplaisantes.

 

Chien

Le conditionnement classique

 

Le conditionnement classique fonctionne ainsi :

  • L’opérateur montre de la nourriture au chien = le chien répond par la salivation (réponse innée)
  • Puis, il lui fait entendre le tintement d’une cloche et lui propose ensuite la nourriture pendant quelques secondes = le chien salive (association).
  • Enfin, il lui fait entendre le tintement de la cloche sans lui proposer la nourriture = le chien répond par la salivation (réponse conditionnée).

 

Une fois le conditionnement établi, il suffit de faire entendre la cloche au chien pour que celui-ci salive (réponse conditionnée : il s’agit d’un comportement appris). Le conditionnement est plus efficace si le stimulus neutre (dans notre cas, le tintement de la cloche) précède de quelques secondes le stimulus conditionné, à savoir la présentation de la nourriture.

 

La technique du conditionnement classique présente des applications pratiques : elle peut être utilisée pour apprendre au chien à faire ses besoins sur l’herbe et non dans la maison. On doit faire en sorte que l’herbe soit toujours associée à la miction et à la déjection. Il n’est pas nécessaire de féliciter l’animal s’il se comporte correctement ni de le punir s’il se trompe, il suffit de l’emmener sur la pelouse dès qu’il semble vouloir uriner ou déféquer, autrement dit lorsqu’il commence à tourner sur lui-même en reniflant le sol à la recherche du meilleur emplacement.

 

Chien

Le conditionnement opérant

 

Le conditionnement opérant est une technique d’apprentissage que les propriétaires devraient connaître car il est responsable de nombreux troubles comportementaux apparemment inexplicables.

 

De nombreux comportements indésirables sont le fruit d’un conditionnement opérant, comme le fait de sauter sur les personnes, de poursuivre les voitures, de creuser des trous dans les parterres, ainsi que toutes ces attitudes qui ont pour objectif d’attirer l’attention (par exemple, se lécher les pattes ou se mordre la queue).

 

Toutes ces situations, désagréables pour les propriétaires de chiens, sont paradoxalement favorisées et encouragées par eux car ils les récompensent par des câlins ou des punitions en cherchant à les faire cesser. Le seul objectif de notre fidèle compagnon est d’obtenir notre attention, c’est pourquoi cela lui importe peu d’être câliné ou puni.

Le conditionnement opérant ne nécessite pas de dispositions particulières de la part du chien et celui-ci n’a pas besoin d’être dressé par un spécialiste car il apprend dans n’importe quelle situation, même si l’enseignement est totalement involontaire.

 

Par exemple, si l’on veut lui apprendre à s’asseoir, on peut commencer par lui intimer l’ordre « Assis » lorsque l’on se rend compte qu’il le fait volontairement. On peut ensuite le récompenser par une friandise ou une caresse. Dès qu’il commencera à associer l’ordre à l’action, vous la lui ferez exécuter sur commande en continuant à récompenser la réalisation correcte.

 

Le principe consiste à récompenser le chien quand il applique bien un ordre afin qu’il désire cette gratification et répète ce comportement. L’apprentissage ne passe pas uniquement par le conditionnement, mais aussi par une autre technique (l’extinction), par laquelle on fait disparaître un conditionnement acquis précédemment.

 

Selon la définition du mot extinction – le conditionnement d’un comportement qui a été précédemment renforcé ou puni tend à disparaître si le comportement en question n’est plus suivi d’une récompense ou d’une punition – si un chien saute sur vous et que vous le repoussez avec les mains ou le réprimandez verbalement pour l’éloigner, vous lui donnez ce qu’il désire : votre attention.

 

Pour effacer ce comportement, lorsqu’il pose les pattes sur votre buste, vous devez simplement faire un pas en arrière en plaçant les mains le long du corps et sans lui parler. Avec un tel comportement, au lieu de renforcer l’acte du chien, on l’ignore et on ne récompense pas l’animal, qui ne le répétera pas, à moins qu’il ne s’agisse d’un geste pratiqué depuis longtemps et enraciné.

 

Si on veut éduquer son animal, on ne doit pas chercher à le dominer, mais lui donner envie d’accomplir des actions déterminées en les lui rendant très plaisantes : enseigner un comportement doit être un jeu pour la personne qui l’éduque et surtout pour le chien.

 

Si l’on acquiert ce mode de pensée, il devient plus aisé d’accepter les échecs et d’essayer de comprendre l’animal. En outre, il ne sera pas difficile d’adapter le dressage à ses capacités, en utilisant toujours la technique du conditionnement opérant.

 

      Retour

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Localisation

  Centre Ransart
Afficher
Centre canin de formation de Ransart sur une carte plus grande 

Notre centre se trouve Rue René Delhaize160 à 6043 Ransart.

Horaires

  • Nos cours d'éducation collectifs ont lieu
  • - chaque mardi à 19h30 pour les groupes A & B

    - chaque samedi à 9h30 pour les groupes A & B

  • Nos cours d'éducation individuels ont lieu uniquement sur rendez-vous.

Contact

  • Eric Quertinmont
  • 0497/13.60.50
  • eric.quertinmont@gmail.com